La plage des Drôles d' Oiseaux

 

 

Enfant, chaque année, aux premiers beaux jours, mon pépé Georges m’emmenait sur la même plage. Je faisais des pâtés de sable pendant que mon grand-père allait remplir le seau dans la mer. Au fil des années, les pâtés de mon enfance sont devenus de magnifiques châteaux de sables que nous bâtissions à deux. C’était mon tour d’aller remplir les seaux d’eau de mer.

 

Une année, nous avons oublié le nécessaire pour nos constructions de sable. J’étais déçue.

En nous promenant sur la plage, parmi des déchets nous avons trouvé du bois et de la corde charriée par la mer. A ma plus grande joie, mon grand-père en a fabriqué une balançoire. Je lui demandais de me pousser toujours plus fort, pour aller plus haut… toujours plus haut vers le ciel… Je me souviens de cette sensation de légèreté qui se mêlait à un sentiment d’incroyable liberté. J’étais si heureuse !

 

L’année suivante, j’étais pressée de retrouver « La » plage. Des oiseaux à la rondeur et aux allures de courges avaient pris possession de notre balançoire. D’autres d’oiseaux étaient posés sur le sable…

 

Mon grand-père décida que nous allions construire une autre balançoire pour que les autres oiseaux puissent aussi en profiter.

 

Les années passées… Chaque fois nous revenions sur cette plage. Nous reconnaissions certains de ces oiseaux d’une année sur l’autre. Nous pouvions observer que certains plumages se modifiaient, des dessins apparaissaient sur d’autres. Les oisillons se mêlaient à leurs congénères plus âgés.

 

Une année, curieux, nous sommes venus à chaque saison. Nous avons pu profiter des balançoires et des sensations d’antan. Il n’y avait aucun de ces oiseaux.

Nous pensions qu’ils avaient établi leur lieu d’accueil ailleurs. Mais aux premiers beaux jours de l’année, nous sommes revenus. Et ils étaient là, toujours plus nombreux, tous différents, tous magnifiques…

 

Avec le temps, nous les avons étudiés et nous avons compris la particularité de ces drôles d’oiseaux. Le vécu de leurs voyages modifie leurs corps. Leur voyage laisse des traces, des empreintes sur leurs plumages.

 

Chaque année, aux beaux jours, ils se réunissent sur la plage où ils sont nés. Les balançoires, toujours plus nombreuses, les accueillent toujours avec la même bienveillance.

 

Mon grand-père n’est plus là. Je continue à venir chaque année sur cette plage. Je viens partager, avec ces drôles d’oiseaux, mon voyage de l’année.

 

 

Installation à voir jusqu'au 13 août 2017, Abbaye de Moyenmoutier (88) - de 14H à 18H